Quand l’environnement perturbe nos hormones !

Si le concept de perturbation endocrinienne a été formellement établi il y a environ 25 ans, le problème remonte en fait aux années 50 et à l’utilisation massive de certains pesticides organochlorés, en particulier le célèbre DDT. Depuis, des centaines de scientifiques de par le monde s’efforcent d’étudier les dangers potentiels que peuvent présenter plastiques, retardateurs de flamme, cosmétiques, filtres UV, susceptible de littéralement cambrioler notre système hormonal.

Dans le même temps, des centaines de lobbyistes s’attachent à convaincre les autorités de santé de l’innocuité de ces produits. Alors, légende urbaine ou bombe à retardement ? Cette conférence s’efforcera de présenter les dernières avancées scientifiques en termes compréhensibles par tous et d’expliquer pourquoi il est si difficile d’évaluer le risque sanitaire lié au perturbateur endocrinien et de faire avancer la réglementation en Europe et ailleurs.

Neurobiologiste et physiologiste, directeur de recherche émérite au CNRS, Olivier Kah a reçu son diplôme de Doctorat de l’Université de Bordeaux 1 en 1978, puis le titre de Docteur ès Sciences en 1983. Il est rentré au CNRS en 1979 et y a effectué toute sa carrière jusqu’en 2016.

Passionné de biologie, Olivier Kah a consacré sa carrière scientifique à l’étude du contrôle de la reproduction par le système nerveux central. En parallèle, au cours des 15 dernières années, son équipe a développé des recherches sur les mécanismes cellulaires et moléculaires d’action des perturbateurs endocriniens sur le développement cérébral. Olivier Kah est l’auteur de plus de 200 articles scientifiques dans des revues internationales.

 

Il est également « Chair Professeur » à la « National Taiwan Ocean University », Keelung, Taiwan

Cette conférence aura lieu le mardi 27 juin à 18h en amphi Charpak. L'accès est gratuit. Une billetterie en ligne est disponible.